Un petit rien qui fait tout

Voilà quelques jours que l’envie d’écrire se fait ressentir. Pour autant l’inspiration, elle, ne montre pas le bout de son nez. Depuis longtemps j’ai ce syndrome dit de « la page blanche ». Enfin ce n’est pas tout à fait ça. Des histoires, des idées, des pensées, des envies j’en ai plein la tête mais les retranscrire c’est un tout autre jeu. C’est d’ailleurs pour cela que durant un temps j’ai fais de la photo. Sans dire un mot, je pouvais représenter ce qui me traversait l’esprit, ce qui m’animait. Mais les photos manquent de mots. Une simple légende ne suffit pas toujours à dévoiler des secrets.

Alors pourquoi ne pas écrire sur ce petit rien qui peut devenir un tout. Ce rien qui est rempli de vide. Ce rien qui prend tellement de place. Ce rien qui s’étend de la moindre particule de mon corps à cette enveloppe charnelle. Ce rien qui ne demande finalement qu’à prendre sa place dans le monde. Mon monde. Car dans mon monde toutes les pensées doivent être évacuées. N’est ce pas là le meilleur moyen de les oublier ? C’est ainsi que ce rien prend une toute autre forme. Il se transforme en quelque chose. Il laisse sa place à d’autres histoires, idées, pensées, envies. Alors je commence à chérir ce rien qui devient si malin. Il suffit donc de quelques lignes, d’une forme et d’un sens pour que ce vide qui n’est rien s’étale sur cette page qui était blanche.

Cet article comporte 4 commentaires

  1. “Rien, ce n’est pas rien ! La preuve, c’est que l’on peut le soustraire. Exemple : rien moins rien = moins que rien !” De Raymond Devos / Parler pour ne rien dire

    Du coup, le syndrome de la page vide c’est rien de bien grave =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher